LOGO BLOG CFDT CPAM75 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La CFDT en 13 dates

 

TimeLine-04

 

 

1919 : naissance de la CFTC
La Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC) voit le jour en novembre. S’inspirant de
la doctrine sociale de l’Eglise, elle s’organise sur des bases de solidarité et de défense des intérêts des travailleurs contre le libéralisme économique.

1964 : la CFTC devient CFDT
L’évolution vers un syndicalisme laïc se concrétise : le 6 novembre, la CFTC devient la Confédération
française démocratique du travail (CFDT) avec 70 % des mandats. L’actuelle CFTC est issue de la
minorité ayant refusé ce résultat démocratique.

1968 : la CFDT obtient la reconnaissance des sections syndicales d’entreprise
Comparant son combat pour la démocratie à celui des salariés en entreprise, la CFDT soutient dès
le 6 mai la grève étudiante. Elle obtient la reconnaissance du syndicalisme d’entreprise lors des
négociations de Grenelle. Une conquête fondamentale puisqu’elle est à l’origine de la création des
sections syndicales d’entreprise.

1974 : la CFDT adhère à la Confédération européenne des syndicats (CES)
Soucieuse de participer efficacement à la consolidation de la paix, la CFTC se prononce dès les
années 50 pour la réalisation d’une Europe unie. La Confédération européenne des syndicats, outil
de l’action syndicale au niveau européen, est créée en 1973.

1979 : la CFDT défend son autonomie d’action et de décision ("le recentrage")
La CFDT se recentre sur sa mission d’organisation syndicale pour mieux faire face aux mutations de la société : mondialisation, modification de l’appareil productif, restructurations et forte progression du chômage.

1982 : la CFDT contribue à l’élaboration des lois Auroux sur le dialogue social
Inspirées des propositions de la CFDT, les lois Auroux représentent des avancées significatives
pour la défense des droits des salariés et modifient fortement le droit du travail (interdiction de
toute discrimination ; obligation de négocier des accords collectifs sur les salaires, sur la durée
et l’organisation du travail, sur l’égalité hommes-femmes ; développement des institutions
représentatives du personnel et création d'un droit d’expression des salariés sur les conditions de
travail ; création du Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail - CHSCT).

1995 : la CFDT soutient la réforme de la Sécurité sociale 

1997 : la CFDT négocie les 35 heures
Revendication phare de la CFDT, la question de la réduction du temps de travail est débattue. La CFDT engage des négociations avec le gouvernement Jospin pour que les 35 heures soient synonymes de création de nouveaux emplois.

2003 : la CFDT obtient le dispositif « carrières longues » dans la réforme des retraites
Négocié par la CFDT, cet accord permet à 600 000 salariés qui ont commencé à travailler tôt de partir
à la retraite avant 60 ans.

2006 : la CFDT s'oppose au Contrat première embauche (CPE)

2008 : la CFDT signe l’accord Modernisation du marché du travail
La CFDT obtient de nouvelles garanties pour sécuriser les parcours professionnels : certains droits comme le droit à la mutuelle d’entreprise ou à la formation deviennent transférables après un
licenciement.

2010 : la CFDT se mobilise contre la réforme des retraites
La CFDT lutte contre les inégalités de la réforme qui reporte l’âge légal de départ à la retraite à 62 ans et durcit les conditions du dispositif "carrières longues".

2013 : la CFDT signe l'accord Sécurisation de l'emploi

 


 

 

La CFDT en 10 points

 

Dix points qui caractérisent la CFDT.

1. La CFDT est le premier syndicat français en nombre d’adhérents : 623 802, des hommes (50,5%), des femmes (49,5%), qui travaillent dans tous les secteurs professionnels, dans les petites et les grandes entreprises, dans le privé en majorité, dans le public et dans toutes les régions de France.

2. La CFDT est le premier syndicat dans le secteur privé (mesure de la représentativité 2017) et le deuxième syndicat dans les fonctions publiques en nombre de voix aux élections professionnelles.

3. La CFDT est le syndicat où l’adhérent a des droits. Le droit d’être écouté, respecté, informé, défendu gratuitement en cas de problème.

4. La CFDT n’est ni de gauche ni de droite, elle est du côté des salariés. Son premier objectif est d’obtenir des droits nouveaux pour les salariés en faisant reculer les inégalités. C’est par exemple la CFDT qui a obtenu le droit de partir à la retraite à 60 ans pour ceux qui ont commencé à travailler jeunes.

5. La CFDT est un syndicat pragmatique qui préfère trouver des solutions par le dialogue, mais n’hésite pas à se mobiliser contre des mesures injustes comme la réforme des retraites de 2010.

6. La CFDT est un syndicat qui a toujours dénoncé toutes les dictatures d’où qu’elles soient et qui a aidé des syndicalistes à instaurer la démocratie comme en Pologne dans les années 80.

7. La CFDT est un syndicat laïc qui respecte toutes les croyances religieuses ou philosophiques tant qu’elles ne conduisent pas à la haine, au racisme, à l’exclusion.

8. La CFDT sait que le monde change, qu’il faut en permanence mettre à jour les revendications pour faire face aux évolutions du marché du travail, à la précarité.

9. La CFDT est adhérente à la Confédération européenne des syndicats (CES) et se prononce pour une Europe politique, sociale, capable de faire face aux nouvelles puissances pour créer des emplois, préserver sa protection sociale et faire progresser les qualifications.

10. La CFDT est solidaire des tous les syndicats du monde, comme elle affiliés à la Confédération syndicale internationale.

 

Présentation de la CFDT : Qu'est ce que la CFDT ?

 


 

 

Nos valeurs

 

 

NuagesTag-03

 

Cinq valeurs qui font de l’homme le véritable acteur de ses choix de vie, pour construire un monde plus équitable et durable avec la CFDT.

Émancipation
Inscrite dans nos statuts, l’émancipation, tant individuelle que collective, est pour nous un droit inaliénable.

  • Pour diriger sa vie.
  • Pour imposer le respect de la dignité et de la liberté dans l’entreprise et au sein de la société, et pour satisfaire les besoins de chacun, matériels et intellectuels, dans sa vie professionnelle et personnelle. 

Démocratie
Une valeur qui est l’identité même de la CFDT, elle se trouve d’ailleurs au cœur de notre sigle.

  • Pour s’exprimer librement et participer à la prise de décision.
  • Pour être acteur de l’amélioration de ses conditions de travail et de vie, au delà de toute différence d’origine, de nationalité, de confession religieuse et d’opinion. 

Indépendance
La CFDT estime indispensable de distinguer ses responsabilités de celles de l’État, des partis politiques et des confessions religieuses.

  • Pour conserver son autonomie et son sens critique.
  • Pour impulser ou infléchir les décisions gouvernementales. 

Autonomie
L’indépendance de pensée et d’action ne peut se concevoir si la CFDT est tributaire de ressources externes.

  • Pour garantir son indépendance financière et lui donner les moyens de son autonomie, la CFDT s’appuie sur un syndicalisme d’adhérents.

Solidarité
Être solidaire, c’est faire le choix de l’entraide pour défendre les droits de tous.

  • Pour défendre les droits au sein de l’entreprise, mais aussi entre les salariés et les chômeurs, entre les générations, et plus largement entre les peuples.
  • Pour lutter contre toute forme d’exclusion, d’inégalité et de discrimination.

 


 

 

Notre fonctionnement

 

  • Présentation de l'organisation

 

Avec 623 802 adhérents et plus de 1 100 syndicats, la CFDT est implantée dans tous les secteurs d’activité, dans les grandes comme dans les petites et moyennes entreprises. Les deux tiers de nos adhérents sont issus du secteur privé, un tiers des fonctions publiques. La moitié de nos adhérents (49,5%) sont des femmes.

Etre adhérent à la CFDT c’est être représenté à tous les niveaux oú se construit le droit des salariés : sur le lieu de travail face à l’employeur, dans les branches professionnelles oú se négocient les conventions collectives, dans les territoires oú l’on trouve une aide de proximité, et au plan national dans les négociations et concertations avec le patronat et l’Etat.
A chacun de ces niveaux correspondent des structures CFDT.

L’adhérent :

Il existe pour l’essentiel deux voies pour adhérer à la CFDT : il y a déjà une section syndicale sur votre lieu de travail, vous y adhérez. Il n’y a pas de section syndicale, vous pouvez adhérer à la CFDT en ligne sur ce site ou contacter la CFDT la plus proche.

La section syndicale dans l’entreprise et les institutions représentatives du personnel (IRP) :

Elle consulte et informe ses adhérents pour promouvoir leurs droits dans leur entreprise.

Le syndicat :
Il regroupe les sections syndicales issues de la même branche professionnelle dans un secteur géographique donné.

Les fédérations professionnelles :

Elles représentent les syndicats issus d’une même branche d’activité, au niveau national.[Lien Qui sommes-nous / Notre fonctionnement / Fédérations professionnelles]

Les Unions départementales et Unions régionales interprofessionnelles (URI) :

Les Unions départementales et régionales sont composées des syndicats d’un même département ou d’une même région, tous secteurs d’activités confondus.

La confédération CFDT :

La confédération CFDT met en œuvre les orientations décidées en congrès par les syndicats. Elle coordonne les actions au niveau national et représente la CFDT au plan national comme dans le syndicalisme international.

 

 

  • Comment est organisée la CFDT ?

 

 

 

 

  • La Confédération

 

La confédération CFDT représente les intérêts des adhérents au niveau national.

Elle met en œuvre les grandes orientations de la CFDT décidées en congrès. Elle impulse et coordonne les actions au niveau national. Elle négocie les accords interprofessionnels.
Elle représente les adhérents auprès des pouvoirs publics et des organisations nationales et internationales.
Sur le plan international, elle est adhérente à la Confédération Européenne des Syndicats (CES) et à la Confédération Syndicale Internationale (CSI).

Le Congrès

Il se réunit tous les 4 ans. Ses délégués sont issus des syndicats : ce sont eux qui votent les grandes priorités que doit défendre la CFDT en matière d’emploi, de justice sociale, de santé, de retraite, de logement, de développement économique, etc.

Entre deux congrès, la confédération CFDT repose sur trois instances statutaires :
- le Conseil national
- le Bureau national
- la Commission exécutive.

Le Conseil national
Il est composé de délégués désignés par les fédérations professionnelles, les Unions Régionales Interprofessionnelles (URI) et des trois unions confédérales (cadres, retraités, fonctionnaires). Il recueille l’avis des organisations et délibère sur tous les grands sujets qui concernent la confédération. Il contrôle également l’activité du Bureau national.

Le Bureau national

Il représente la direction de la confédération :
- il est chargé de mettre en œuvre toutes les décisions du congrès
- il prend toutes les décisions relatives à la vie de la CFDT.
Élu par le congrès CFDT, il est composé de 40 membres.

La Commission exécutive
Élue par le Bureau national, elle est constituée de 9 secrétaires nationaux et d’un secrétaire général, Laurent Berger. La Commission exécutive prend en charge l’activité courante de la CFDT. Elle contrôle également la conduite et la mise en œuvre des décisions du bureau national.
Elle représente la CFDT dans les rencontres nationales avec les pouvoirs publics, le patronat, les institutions nationales.
Les secrétaires nationaux conduisent les délégations CFDT lors des négociations interprofessionnelles.

 

  • Les Unions régionales interprofessionnelles ou la CFDT de proximité

 

Les Unions régionales interprofessionnelles (Uri) sont des structures CFDT de proximité.

Elles agissent sur le terrain pour résoudre les problèmes communs à une région, tant en matière d’emploi et de formation professionnelle que de lutte contre l’exclusion, de protection sociale ou d’amélioration des équipements collectifs.

Leurs missions

- coordonner l’action des syndicats qu’elle représente
- représenter la CFDT dans les institutions régionales : conseil économique, social, régional, Commissions Paritaires Interprofessionnelles Régionales de l'Emploi (COPIRE) …
- mettre en œuvre des plans de formation syndicale à destination des syndicats
- siéger dans les instances de la confédération CFDT.

Au sein d’une région, les Unions départementales, Unions locales, ou Unions de pays sont des structures qui assurent la proximité : informations sur le droit du travail, soutien aux conflits, mise en commun de moyens pour les sections syndicales et les syndicats, défense juridique.

 

  • Les fédérations professionnelles

 

Les fédérations professionnelles regroupent tous les syndicats issus d’une même branche professionnelle ou d’un secteur d’activité, au niveau national.

Leurs missions
- représenter les syndicats qui la composent
- organiser les revendications
- coordonner l’action dans toutes les entreprises concernées
- conclure des conventions collectives sur les salaires, la durée et les conditions de travail de son secteur d’activité
- participer aux négociations relatives à son champ professionnel, au niveau national et international
- siéger dans les instances de la confédération CFDT.

 

  • Le syndicat

 

Le syndicat rassemble tous les *adhérents*des entreprises *d’un même domained’activités sur un secteur géographique*donné.

Le syndicat rassemble tous les adhérents des entreprises d’un même domained’activités sur un secteur géographique donné : local, départemental, régional ou national. Par exemple, le Syndicat de la métallurgie de Meurthe-et-Moselle, le Syndicat Santé des Yvelines, le Syndicat Chimie Energie d’Ile de France…
C’est un espace d’expression, de débat et de décision, creuset de l’apprentissage du militantisme.

Ses missions
:
- représenter dans leur diversité les sections syndicales de son secteur professionnel et géographique
- désigner les délégués syndicaux, négociateurs en entreprise
- définir les objectifs et la politique du syndicat en mettant en œuvre les pratiques participatives de la CFDT
- recruter les adhérents pour augmenter la représentativité syndicale
- collecter leurs cotisations pour assurer son indépendance financière et sa liberté d’opinion.

 

  • La section syndicale

 

La section syndicale.

La section syndicale est constituée par les adhérents et militants d’une même entreprise ou d’un même établissement. Elle est animée par le délégué syndical.

Ses missions :

- informer ses adhérents et les salariés de l’entreprise
- les consulter et animer les débats visant à construire les revendications
- conduire les négociations dans l’entreprise
- proposer les adhésions et préparer les listes pour les élections professionnelles
- diffuser les positions et orientations de la CFDT.