LOGO BLOG SFASS PSTE FEDE 2018

 

 

LOGO BLOG DOSSIER 2018

 

EN 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Réforme des retraites : Les points durs de la concertation

• La CFDT était reçue le 5 septembre à Matignon par le Premier ministre, la ministre de la Santé et le haut-commissaire chargé de la réforme.
• Le gouvernement devrait annoncer un calendrier et une méthode de travail la semaine prochaine.

 

C’est parti ! La réforme des retraites, l’une des mesures phares du candidat Macron à la présidentielle, passe à la vitesse supérieure. Après dix-huit mois de concertation avec les partenaires sociaux sous la houlette du haut-commissaire Jean-Paul Delevoye, l’exécutif a choisi de faire de cette réforme le sujet majeur de la rentrée sociale. En quelques jours, les annonces se sont enchaînées. Le 3 septembre, Jean-Paul Delevoye est entré au gouvernement. À 72 ans, ce politique expérimenté se voit récompensé du travail de fond qu’il a mené avec les organisations syndicales et patronales ces derniers mois. Il aura la tâche de poursuivre ce dialogue tout en menant en parallèle une grande consultation citoyenne. Il sera ensuite en première ligne pour défendre le projet de loi à l’Assemblée nationale.

Une seconde concertation

Les 5 et 6 septembre, c’était au tour du Premier ministre de monter dans le train de cette réforme en recevant pendant deux jours l’ensemble des partenaires sociaux en présence d’Agnès Buzyn, ministre de Santé et des Affaires sociales, qui a conservé officiellement ce dossier, et de son tout nouveau haut-commissaire chargé de cette réforme. Et dans quelques jours (à l’heure où nous mettons sous presse, aucune date n’a été communiquée), le Premier ministre doit présenter une feuille de route plus précise en matière de calendrier et de méthode afin d’aboutir à une loi probablement après les élections municipales de mars 2020. « Les discussions s’annoncent longues car de nombreux sujets restent à traiter. Il n’y a pas lieu de se précipiter », a réagi Laurent Berger en sortant de Matignon. Les dix-huit mois de concertation ont en effet permis d’avoir une vision plus claire de ce qu’envisage l’exécutif, mais de nombreux sujets n’ont encore été qu’effleurés. À ce stade, la CFDT s’est donc félicitée que le nouveau système envisagé soit bien fondé sur la répartition (les actifs paient les pensions des retraités) afin de garantir sa solidité financière et d’assurer une solidarité entre les générations, que soit envisagée une règle de calcul (sous forme de points) identique pour l’ensemble des salariés (gage d’équité) et que soit conservé un haut niveau de solidarité (minimum de pension, droits familiaux, carrières longues, etc.). Mais si essentiels soient-ils, ces grands principes ne font pas à eux seuls une réforme ambitieuse de notre système de retraite. La CFDT a d’ailleurs fait savoir sa vive opposition à plusieurs pistes de réflexion du gouvernement comme l’instauration d’un âge d’équilibre à 64 ans, qui pénaliserait les retraités souhaitant partir à 62 ans ou même avant (dans le cadre du dispositif « carrière longue »).

Des points en suspens

Cette rencontre à Matignon a surtout permis de mettre en lumière tous les sujets qui n’ont pas encore été traités pendant la première phase de concertation et qui n’apparaissent pas ou pas assez dans les premières préconisations du gouvernement. Les questions fondamentales comme la prise en compte de la pénibilité, la possibilité de mettre en place des retraites progressives ou les mesures spécifiques en direction des basses pensions restent encore largement en suspens. « Il y a dans le système actuel des injustices à réparer et des aspirations nouvelles à satisfaire. Cette réforme doit être l’occasion d’apporter des réponses nouvelles. Le nouveau système ne pourra être compris et accepté que s’il apporte de vraies avancées », a martelé Laurent Berger.

La gouvernance du nouveau système fait également partie des sujets qui restent controversés. Alors qu’aujourd’hui il y a une forme de partage des rôles entre l’État (régime général et fonction publique) et les partenaires sociaux (régimes complémentaires public et privé), quid de ce partage des responsabilités dans le nouveau système ? Cette question de la gouvernance peut paraître anecdotique à première vue ; elle est pourtant essentielle.

Un fort enjeu de société

La question des retraites est en effet fortement corrélée à la question du travail, d’où la nécessité de maintenir une place importante aux organisations syndicales et patronales dans le système. « Nous ne souhaitons pas un système nationalisé qui laisse l’État seul décideur, indique le secrétaire national CFDT Frédéric Sève. Le financement des retraites est assuré en grande partie par des cotisations salariales et patronales. Il est non seulement logique mais surtout souhaitable que les partenaires sociaux soient partie prenante de la gouvernance du futur système. C’est en partageant le pouvoir et les responsabilités que le régime universel pourra être crédible aux yeux des Français. » Alors qu’aujourd’hui nombre d’actifs ne sont plus en emploi au moment de faire valoir leurs droits à la retraite, on voit tout l’enjeu qu’il y a à impliquer le patronat et le mettre face à ses responsabilités. Pénibilité, égalité hommes-femmes, emplois des seniors, qualité de vie dans l’entreprise, coût du travail… : les sujets sur lesquels il est urgent d’avancer ne manquent pas. Dans le même ordre d’idée, l’État en tant qu’employeur doit également être partie prenante. La CFDT a d’ailleurs souligné de manière positive les annonces du gouvernement concernant la prise en compte des primes des fonctionnaires dans le nouveau système et l’ouverture d’un chantier plus vaste portant sur les rémunérations dans les trois versants de la fonction publique. Preuve, s’il en est besoin, que la question des retraites est loin de se limiter à un débat sur un mode de calcul. Créer un nouveau système est un projet de société à part entière qui engage le pays sur plusieurs générations.

 

 

Réforme des retraites : Les points durs de la concertation

La CFDT était reçue le 5 septembre à Matignon par le Premier ministre, la ministre de la Santé et le haut-commissaire chargé de la réforme. * Le gouvernement devrait annoncer un calendrier et une méthode de travail la semaine prochaine.

https://www.cfdt.fr

 

 


 

[Vidéo] Réforme des retraites : La CFDT reçue à Matignon

Dans le cadre des concertations sur la réforme des retraites, la CFDT a été reçue, jeudi 5 septembre, à Matignon par le Premier ministre Edouard Philippe, la ministre de la Santé Agnès Buzyn et le haut-commissaire à la Réforme des retraites Jean-Paul Delevoye.

 

 

[Vidéo] Réforme des retraites : La CFDT reçue à Matignon

Dans le cadre des concertations sur la réforme des retraites, la CFDT a été reçue, jeudi 5 septembre, à Matignon par le Premier ministre Edouard Philippe, la ministre de la Santé Agnès Buzyn et le haut-commissaire à la Réforme des retraites Jean-Paul Delevoye.

https://www.cfdt.fr

 


 

Réforme des retraites : Une nouvelle concertation s’engage

 

La réforme des retraites va marquer la rentrée sociale 2019. Après avoir rendu publiques les préconisations du rapport Delevoye le 18 juillet dernier, le gouvernement ne semble pas vouloir ralentir le rythme.

 

Les 5 et 6 septembre, le Premier ministre recevra l’ensemble des partenaires sociaux pour lancer une nouvelle phase de concertation et ainsi préparer la rédaction d’un projet de loi prévu à la fin de l’année. En parallèle, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, vient d’annoncer l’organisation d’une consultation citoyenne sans donner plus de détails. « Après cette rencontre, nous devrions avoir une vision plus précise des intentions du gouvernement, à la fois sur le calendrier et sur la manière dont il compte travailler avec nous, espère Frédéric Sève, secrétaire national de la CFDT. Le rapport Delevoye constitue une base de travail solide sur laquelle les discussions peuvent s’engager pour construire ce nouveau régime universel. Toutefois, si nous avons souligné la qualité de ce travail, de nombreux points nécessitent encore d’être précisés ou revus. »

Les points de vigilance

Si la CFDT partage l’ambition de créer un régime universel, elle reste en effet vigilante à ce que cette réforme soit bien l’occasion de créer un système plus juste qui prenne mieux en compte la pénibilité du travail et s’attaque à la question du minimum de pension. Par rapport aux préconisations du rapport Delevoye, la CFDT revendique notamment qu’une carrière complète conduise à une pension au niveau du Smic alors que rapport ne parle que de 85 %. L’instauration d’un âge d’équilibre collectif à 64 ans, différent de l’âge de départ légal à 62 ans, a été dénoncée d’emblée par la CFDT comme inutile et injuste. Enfin, la concertation qui s’annonce doit préciser la durée de la période de transition entre les deux systèmes et garantir que les droits acquis par les salariés au cours de leur carrière soient bien conservés.

Alors que plusieurs organisations syndicales appellent déjà (en ordre dispersé) à la grève ou à la manifestation en septembre (les pilotes le 16 septembre, FO le 21 septembre, CGT et Sud Rail le 24), la CFDT continue de faire le choix de la concertation. « Il y va de notre capacité à faire évoluer notre système de protection sociale pour qu’il soit plus juste et plus solidaire », rappelle Laurent Berger.

 

Réforme des retraites : Une nouvelle concertation s'engage

Les 5 et 6 septembre, le Premier ministre recevra l'ensemble des partenaires sociaux pour lancer une nouvelle phase de concertation et ainsi préparer la rédaction d'un projet de loi prévu à la fin de l'année. En parallèle, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, vient d'annoncer l'organisation d'une consultation citoyenne sans donner plus de détails.

https://www.cfdt.fr

 


 

Réforme des retraites : les grandes lignes du rapport décryptées

Le 18 juillet, Jean Paul Delevoye a remis ses préconisations sur le futur régime de retraites. Une deuxième phase de concertation doit s’ouvrir avec l’exécutif. La présentation d’un projet de loi est attendue à la fin 2019.

 

Ce n’est, pour l’heure, qu’un rapport. Mais le sujet, hautement sensible tant il touche à notre pacte social, a fait de la remise des préconisations de Jean Paul Delevoye, le Haut-commissaire aux retraites, un événement politique et médiatique. Après 18 mois de concertation, les grandes lignes du rapport portant la création d’un régime universel de retraites sont désormais connues. Elles doivent servir de base à l’élaboration de la loi programmée pour 2020. L'idée d'une “réforme globale” est revendiquée de longue date par la CFDT. Et selon Laurent Berger, il y a là « un certain nombre d’avancées en faveur d’un système plus redistributif et plus lisible. Ce rapport est avant tout la preuve qu’il est possible de construire une réforme d’ampleur tout en confortant la répartition et la solidarité ». Un temps évoqué par le Gouvernement, l’idée d’instaurer d’économies sur les retraites dans le cadre du budget 2020, a pour l’heure été écartée par le gouvernement, la CFDT en ayant fait une ligne rouge.Mais cet abandon devra être confirmé à la rentrée.

Un nouveau système

Le dispositif, qui doit entrer en vigueur en 2025 pour les personnes nées à partir du 1er janvier 1963, sera un système universel. Les mêmes règles s’appliqueront donc à tous les actifs (salariés du privé, fonctionnaires, indépendants…) avec un montant de pension calculé sur l’ensemble de la carrière et non plus sur les 25 meilleures années pour les salariés ou les 6 derniers mois pour les agents. Autre spécificité, les droits acquis seront indexés sur les salaires et non plus sur l’inflation, comme c’est le cas aujourd’hui. « C’était une demande de la CFDT, qui permet de rendre le système plus fiable pour les cotisants », résume Frédéric Sève, secrétaire national en charge du dossier. Une fois à la retraite, les pensions resteront elles, indexées sur l’inflation, quand la CFDT souhaitait que l’indexation des pensions prenne elle aussi les salaires pour référence. « Par ailleurs, il va falloir rapidement préciser le processus de transition entre les deux systèmes, et de garantie des droits acquis. Les actifs ne doivent pas faire les frais de la réforme ». L’hypothèse d’une période de 15 ans a été avancée, et fera l’objet des discussions avec l’exécutif.

Un âge d’équilibre

C’est le principal point de crispation des organisations syndicales. Si l’âge de départ légal reste fixé à 62 ans, le rapport préconise un “âge d’équilibre ”pour partir à la retraite fixé à 64 ans dès 2025. En somme, un nouvel âge de départ « à taux plein » uniforme, assorti d’une décote pour ceux qui décideraient de partir avant, et d’une surcote pour ceux qui prolongeraient. « Créer un âge pivot unique est injuste et injustifié. Si l’on rentre dans un système universel qui donne plus de lisibilité à chacun, l’âge de départ doit être adapté à la réalité de carrière de chacun et évoluer en fonction des situations individuelles » a réagi Laurent Berger. A noter toutefois qu’à la demande de la CFDT, le dispositif de carrières longues qui permet de partir plus tôt sera maintenu, sans application de décote-surcote pour les actifs concernés. Dans la nouvelle phase de concertation qui s’ouvre, il s'agira aussi de pousser deux revendications phares. D'abord,« une prise en compte complète de la pénibilité des métiers avec une application d’un dispositif commun et amélioré pour les agents comme pour les salariés. La simple extension du compte professionnel de prévention (C2P) ne saurait suffire, il doit être repensé pour ne pas conduire à des injustices sociales ». Ensuite, l’aménagement des fins de carrière via le développement de la retraite progressive doit être posé. « C’est une revendication partagée par une très large majorité de salariés, dont les 120 000 répondants de l’enquête Parlons travail. Car on ne travaille pas de la même manière à 60 ans qu’à 30 ans, » a rappelé Frédéric Sève.

Eléments de solidarité

Les périodes de chômage indemnisé, maternité, invalidité et maladie donneront droit à des points de solidarité financés par l’impôt.Le rapport propose également de majorer les pensions de 5% par enfant dès le premier enfant, contre 10% actuellement à partir de 3 enfants. Cette majoration, qui pourra être partagée entre les deux parents, sera à défaut attribuée à la mère, « les femmes devant être les principales bénéficiaires des mesures de solidarité liées aux droits familiaux », précise le Haut-commissaire. Une demande CFDT partiellement entendue, mais dont le caractère retenu (majoration proportionnelle aux revenus plutôt que forfaitaire) ne permet pas d’aller dans le sens de plus de justice sociale. Qu’en est-il des basses pensions ? Le rapport propose de garantir un minimum de retraite égal à 85% du smic net pour une carrière complète, contre 81% actuellement (et 75% pour les agriculteurs). Insuffisant pour la CFDT, qui réclame un « effort soutenu pour répondre aux inégalités  et aux discriminations qui persistent sur le marché du travail, notamment en défaveur des femmes, » juge Frédéric Sève. Pour cela, la CFDT demande que le minimum d’une pension complète soit équivalent à 100% du smic.

L’exécutif face à ses responsabilités

La balle est désormais dans le camp de l’exécutif, que « nous souhaitons voir s’inscrire dans la même démarche d’écoute et de construction que celle qui a prévalue avec le Haut-commissaire, » exprimait Laurent Berger. Alors que d’autres organisations syndicales appellent déjà à des mobilisations à la rentrée, la CFDT elle, a fait le choix de la concertation. « Il en est du devenir de notre système de retraite et à plus long terme du devenir de notre système de solidarité, et de notre capacité à faire évoluer notre système de protection sociale pour qu’il soit plus juste et plus solidaire ». Dès la semaine prochaine, des rencontres bilatérales commenceront avec l’exécutif, avant une multilatérale fin août avec le Premier ministre.

 

Réforme des retraites : les grandes lignes du rapport décryptées

Ce n'est, pour l'heure, qu'un rapport. Mais le sujet, hautement sensible tant il touche à notre pacte social, a fait de la remise des préconisations de Jean Paul Delevoye, le Haut-commissaire aux retraites, un événement politique et médiatique. Après 18 mois de concertation, les grandes lignes du rapport portant la création d'un régime universel de retraites sont désormais connues.

https://www.cfdt.fr

 

 


 

Le gouvernement sème le trouble sur la réforme des retraites

Une nouvelle fois, le calendrier a été revu. Projet emblématique du candidat Macron, la grande réforme des retraites a du mal à s'inscrire dans l'agenda politique tant le sujet est sensible. Le rapport Delevoye, présenté comme la première étape de ce vaste chantier, ne devrait finalement être rendu public que le 18 juillet.

https://www.cfdt.fr

 


 

 

Retraites complémentaires : Les nouveaux de cotisations Agirc-Arrco pour 2019

La fusion au 1er janvier de l’Arrco et de l’Agirc en un régime unifié s’est accompagnée d’une modification et d’une augmentation des taux de cotisation prévus dans l’accord national interprofessionnel d’octobre 2015 visant à faire face à l’impasse financière dans laquelle se trouvaient alors les régimes.

Les cotisations d’un salarié proche du Smic ont augmenté de 1 à 2 euros par mois (et de 3 à 6 euros pour les employeurs) tandis qu’un cadre gagnant autour de 4 000 euros brut par mois a vu sa cotisation augmenter d’environ 15 euros.

Les mêmes règles pour tous

Concrètement, le nouveau système de cotisation ne fait plus aucune différence entre les salariés cadres et non cadres. Il se résume désormais à deux tranches : la première (T1) du premier euro payé jusqu’au montant correspondant à un plafond de la Sécurité sociale (40 524 euros pour l’année 2019), la seconde (T2) comprise entre un et huit plafonds.

Les taux de la tranche 1 sont de 3,15 % pour le salarié et de 4,72 % pour l’entreprise. S’y ajoutent la contribution d’équilibre général (CEG) aux taux de 0,86 % pour le salarié et de 1,29 % pour l’entreprise ainsi que la nouvelle contribution d’équilibre technique (CET) aux taux de 0,14 % pour le salarié et de 0,21 % pour l’entreprise. Les taux de la tranche 2 sont de 8,64 % pour le salarié et de 12,95 % pour l’entreprise. Viennent s’y ajouter, là aussi, la CEG (1,08 % pour le salarié et 1,62 % pour l’entreprise) et une CET aux taux identiques à ceux de la tranche 1.

 

 

Retraites complémentaires : Les nouveaux de cotisations Agirc-Arrco pour 2019

La fusion au 1er janvier de l'Arrco et de l'Agirc en un régime unifié s'est accompagnée d'une modification et d'une augmentation des taux de cotisation prévus dans l'accord national interprofessionnel d'octobre 2015 visant à faire face à l'impasse financière dans laquelle se trouvaient alors les régimes.

https://www.cfdt.fr

 

 





 

 

 

 

EN 2018

 

Réforme des retraites : Le calendrier une nouvelle fois bousculé

 

 

Le gouvernement est-il en train de prendre conscience que réformer le système de retraite ne sera pas aussi simple qu’il l’espérait ?

 

Après avoir prévu une première phase de concertation avec les organisations syndicales en 2018, la présentation de son projet au début 2019, puis une nouvelle phase de concertation et un projet de loi à l’été prochain, l’exécutif ne cesse de « desserrer le calendrier », selon l’expression consacrée. Le haut-commissaire chargé de la réforme, Jean-Paul Delevoye, a ainsi annoncé un nouveau cycle de concertation avec les partenaires sociaux en janvier, février et, certainement, mars ; sans préciser quand seront réellement présentées les premières pistes concrètes. Seule certitude, la CFDT sera reçue en bilatérale les 8 et 25 janvier puis les 6 et 19 février.

 

La loi Retraite toujours prévue pour 2019

 

Dans sa présentation, le 12 décembre dernier, des premiers résultats de la grande consultation citoyenne lancée à la fin mai, Jean-Paul Delevoye insistait sur la grande inquiétude des Français quant au niveau des pensions et à la capacité de l’exécutif d’aller au bout de cette réforme. Plusieurs parlementaires de la majorité ont même demandé, la semaine dernière, l’abandon pur et simple de ce projet emblématique. Officiellement pourtant, rien n’a changé. Une loi est toujours prévue pour 2019. À moins que le calendrier ne soit une nouvelle fois desserré…

 

 

Réforme des retraites : Le calendrier une nouvelle fois bousculé

Le gouvernement est-il en train de prendre conscience que réformer le système de retraite ne sera pas aussi simple qu'il l'espérait ? Après avoir prévu une première phase de concertation avec les organisations syndicales en 2018, la présentation de son projet au début 2019, puis une nouvelle phase de concertation et un projet de loi à l'été prochain, l'exécutif ne cesse de " desserrer le calendrier ", selon l'expression consacrée.

https://www.cfdt.fr

 

 

 


 

 

Retraites complémentaires : De nouvelles règles en 2019

À compter du 1er janvier 2019, les personnes qui souhaitent faire valoir leurs droits à la retraite devront se familiariser avec la notion de coefficient de solidarité. En attendant une nouvelle négociation…

 

 

Retraites complémentaires : De nouvelles règles en 2019

À compter du 1er janvier 2019, les personnes qui souhaitent faire valoir leurs droits à la retraite devront se familiariser avec la notion de coefficient de solidarité. En attendant une nouvelle négociation... Les premières discussions sur la création d'un système universel de retraite feraient presque oublier que le système actuel continue de se réformer selon son propre agenda.

https://www.cfdt.fr

 

 

 


 

Parlons retraites : résultats de la grande enquête

 

Plus de 120 000 participants, 14 millions de réponses cumulées… Les chiffres parlent d’eux-mêmes : l’enquête Parlons retraites, lancée le 12 juin, est un succès.

 

 

 

La solidarité avant tout

« Le résultat va bien au-delà de ce que l’on pouvait espérer », affirment les secrétaires confédéraux Virginie Aubin et Florian Meyer, maîtres d’œuvre de cette étude XXL. La surprise est d’autant plus grande que l’éventail des profils des répondants est large : salariés du privé (44%), agents du public (23%), retraités (23%) mais aussi apprentis, intérimaires, étudiants… Preuve de l’intérêt que suscite le sujet.

De quoi en tirer quelques enseignements intéressants… et tordre le cou à certaines idées reçues. En matière de retraites, c’est la solidarité qui est plébiscitée. À la question : « Ça devrait être du chacun pour soi ? » – sous-entendu chacun finance sa propre pension de retraite sans se soucier des autres –, les gens répondent non très massivement, à plus de 85 %. Et 79% considèrent que cotiser pour payer la retraite de ses aînés est un système juste :

L'intégralité des résultats :

Parlons retraites : résultats de la grande enquête

La réforme des retraites est bel et bien lancée. Après une première phase de concertation menée avec les partenaires sociaux ces six derniers mois, le gouvernement a commencé à préciser ses intentions le 10 octobre dernier. Le haut-commissaire chargé de cette réforme, Jean-Paul Delevoye, a ainsi pris une série d'engagements devant les représentants des salariés et des chefs d'entreprise.

https://www.cfdt.fr


 


 

Manifeste de la CFDT pour les retraites

 

La CFDT présente ses propositions pour la future réforme du système de retraite dans un manifeste, en s'appuyant sur les résultats de l'enquête Parlons retraites.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Réforme des retraites : La concertation à mi-parcours

Six mois après le début des discussions, le gouvernement organise un premier bilan d’étape avec les cinq organisations syndicales représentatives. Si le calendrier initial s’est détendu, la réforme est toujours annoncée pour 2019

 

 

La réforme des retraites va-t-elle connaître un coup d’accélérateur ? Le gouvernement semble, en tout cas, vouloir médiatiser un peu plus ce dossier sensible pour en faire un marqueur politique. Le Premier ministre devrait prendre la parole le 10 octobre à l’issue d’une réunion d’étape de la concertation réunissant pour la première fois les cinq organisations syndicales représentatives. À l’heure où nous mettons sous presse, cette rencontre multilatérale ne s’est pas encore tenue, mais la communication à destination du grand public, elle, a bel et bien commencé.
Preuve en est, le haut-commissaire chargé de la réforme, Jean-Paul Delevoye, a personnellement animé les premiers ateliers participatifs qui doivent se multiplier dans les territoires au cours des prochains mois.

Le projet gouvernemental encore flou

L’objectif est clair : rappeler les grandes lignes du projet gouvernemental. L’exécutif veut réaffirmer son ambition de mettre sur pied un système universel, à points, grâce auquel un euro cotisé donnera droit au même droit pour tous, salariés du privé comme agents de la fonction publique. Dans le détail, en revanche, le projet du gouvernement est nettement plus flou. Et le haut-commissariat se garde dans l’immédiat d’avancer ses pions.

La phase introductive de concertation, qui s’est déroulée d’avril à juillet 2018, a permis d’aborder trois blocs thématiques. Le premier portait sur la nature du futur système (la question des points et des comptes notionnels). Le deuxième était consacré aux droits non contributifs qui compensent les périodes de chômage, de maladie, de maternité ou d’invalidité. Le troisième bloc a été l’occasion de débattre des droits familiaux et conjugaux, et notamment de la pension de réversion.

« Cette première phase de discussions a été plutôt riche et nous avons eu le sentiment d’être écoutés, mais au bout de six mois, il est temps que le gouvernement commence à préciser ses intentions afin que nous puissions avancer, insiste le secrétaire national Frédéric Sève. Nous savons tous que cette réforme est extrêmement anxiogène chez les Français. Pour que le débat puisse avoir lieu sereinement, il est souhaitable que l’exécutif grave à présent dans le marbre certaines règles. »

Pour un régime porteur de progrès social

À ce stade de la concertation, trois blocs restent à aborder : l’âge légal, les spécificités professionnelles et la période de transition entre l’ancien et le nouveau système. La CFDT attend notamment du Premier ministre qu’il réaffirme que cette réforme n’a pas l’ambition d’économiser de l’argent, mais bien de mettre sur pied un système plus lisible et plus juste. « La création d’un régime universel de retraite adapté aux évolutions de la société peut être un projet porteur de progrès social, insiste Frédéric Sève. C’est en tout cas dans cet esprit que nous nous engageons dans les discussions. » Alors que les jeunes entrent de plus en plus tard sur le marché du travail, que les carrières linéaires sont de plus en plus rares et que l’emploi des seniors ne progresse que timidement (lire l’encadré), les Français doivent pouvoir être rassurés quant à la solidité de leur système de retraite par répartition à long terme. « La création d’un régime universel offre l’opportunité de renforcer le système en mutualisant les risques entre l’ensemble des salariés, quel que soit leur statut », résume Frédéric Sève.

Sauf surprise de dernière minute, le Premier ministre devrait également préciser le calendrier de la réforme. À la fin septembre, le gouvernement avait choisi de se donner un peu plus de temps que ne le prévoyait son projet initial. La concertation avec les organisations syndicales devrait donc s’achever autour de février-mars 2019 (c’était janvier, initialement). La loi, quant à elle, est attendue à l’automne 2019.

 

Emploi des seniors : des progrès contrastés

Voilà un rapport qui ne devrait pas manquer d’alimenter la réflexion. À l’heure où le gouvernement s’apprête à engager une transformation profonde de notre système de retraite, France Stratégie, organisme rattaché au Premier ministre, vient de publier « Les seniors, l’emploi et la retraite ». Un rapport étoffé qui pointe les difficultés spécifiques des salariés âgés sur le marché du travail. Certes, l’emploi des seniors a progressé en France depuis une quinzaine d’années, le taux d’emploi des 55-64 ans passant de 30 % en 2000 à 51 % en 2017. En revanche, celui des 60-64 ans reste, lui, très en dessous de la moyenne européenne – à un peu moins de 30 %, contre plus de 42 % chez nos voisins européens.

Sur le front de la qualité de l’emploi, les seniors apparaissent moins précarisés que le reste de la population. Globalement mieux payés, plus souvent en CDI et moins soumis au sous-emploi que leurs cadets, ils sont aussi moins souvent au chômage. Lorsqu’ils le sont, en revanche, ils font face à de plus grandes difficultés de retour à l’emploi et à un chômage de longue durée.

De manière générale, les seniors souffrent de « difficultés spécifiques » qui peuvent freiner leur maintien ou leur retour à l’emploi. D’une part, les employeurs se montrent frileux quand il s’agit d’embaucher des personnes plus âgées que la moyenne. D’autre part, plus de la moitié des personnes sortirait prématurément de l’emploi en raison de problèmes de santé. Enfin, des conditions de travail difficiles, voire pénibles, sans aménagement de poste, peuvent parfois décourager le maintien en emploi.

France Stratégie rappelle que les différentes réformes des retraites sont loin d’avoir des effets automatiques sur l’emploi des seniors. Ainsi, la réforme de 2010, dont la mesure phare a consisté à reculer l’âge de l’ouverture des droits de 60 à 62 ans, s’est traduite par une progression de l’emploi pour à peine la moitié des personnes concernées. Pour l’autre moitié, ce report de l’âge légal s’est traduit par du chômage ou de l’inactivité (longue maladie et invalidité, notamment).

 

 

Réforme des retraites : La concertation à mi-parcours

Six mois après le début des discussions, le gouvernement organise un premier bilan d'étape avec les cinq organisations syndicales représentatives. Si le calendrier initial s'est détendu, la réforme est toujours annoncée pour 2019 La réforme des retraites va-t-elle connaître un coup d'accélérateur ?

https://www.cfdt.fr

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Aucun texte alternatif disponible.

 

 

 

 

 


 

 

Pension de réversion : Le nécessaire débat

 

« Il n’est pas question de supprimer les pensions de réversion, mais il n’est pas non plus question de poser un couvercle sur ce sujet sous prétexte qu’il est épidermique. » Secrétaire national chargé des retraites, Frédéric Sève appelle à la raison.

 

 

Pension de réversion : Le nécessaire débat

" Il n'est pas question de supprimer les pensions de réversion, mais il n'est pas non plus question de poser un couvercle sur ce sujet sous prétexte qu'il est épidermique. " Secrétaire national chargé des retraites, Frédéric Sève appelle à la raison.

https://www.cfdt.fr

 

 


 

 

Retraites : radiographie du “modèle suédois”

 

À la fin des années  90, la Suède a radicalement transformé son système de retraite. Une réforme spectaculaire, aujourd’hui source d’inspiration pour nombre de pays européens. À l’heure où la France réfléchit à la mise en place d’un régime universel, un détour par la Baltique s’impose.

 

 

 

Retraites : radiographie du "modèle suédois"

À la fin des années  90, la Suède a radicalement transformé son système de retraite. Une réforme spectaculaire, aujourd'hui source d'inspiration pour nombre de pays européens. À l'heure où la France réfléchit à la mise en place d'un régime universel, un détour par la Baltique s'impose.

https://www.cfdt.fr

 


 

Et maintenant… parlons retraites

Deux ans après Parlons travail, la CFDT lance une nouvelle enquête en ligne. Il s’agit cette fois-ci d’interroger les Français sur un sujet qui les concerne tous : la retraite.

Au moment où le gouvernement commence des concertations avec les organisations syndicales sur l’épineuse question des retraites, la CFDT donne la possibilité à tous les Français de s’exprimer à travers une enquête en ligne qui devrait faire date. Nom de code : parlonsretraites.

Jeunes, actifs et retraités sont invités à répondre en ligne à une batterie de questions afin de mieux cerner les attentes de la population en la matière. « À l’opposé des débats techniques et anxiogènes, l’enquête Parlons retraites se veut ludique, participative et accessible à tous, explique Laurent Berger. Nous partons du vécu et des attentes des citoyens. » Les thèmes vont du pouvoir d’achat à la vie de couple en passant par la santé et les solidarités à préserver ou celles à imaginer. Si, pour les besoins des chercheurs, il est demandé en début de questionnaire des renseignements personnels (âge, profession, etc.), les réponses sont bien entendues anonymes et confidentielles. Et même si la personne décide de laisser son adresse mail (facultatif), il est impossible de faire le lien entre ses réponses et ses coordonnées.

 

Comme pour Parlons travail, ce qui fait le sel de cette enquête « pas comme les autres », c’est la possibilité de confronter en temps réel ses réponses à celles des autres internautes et voir ainsi si son opinion est majoritaire ou à contre-courant de la pensée dominante. Il est également possible de visionner des vidéos (particulièrement captivantes) de personnes qui ont accepté de répondre devant la caméra au questionnaire. Enfin, cerise sur le gâteau, il est possible de poser directement à la CFDT une question, cette dernière s’engage à apporter une réponse personnalisée.

 

L’objectif que s’est fixé la CFDT est d’atteindre 50 000 répondants d’ici à la fin août pour que les chercheurs, qui vont ensuite étudier les résultats, puissent s’appuyer sur une base de données solide. Les militants CFDT sont donc incités à diffuser massivement le lien vers l’enquête auprès de leurs collègues et de leur entourage amical et familial. « Parlons travail a été la plus grande enquête jamais réalisée sur le travail, espérons que Parlons retraites suive le même chemin », a souligné Laurent Berger lors du lancement officiel du site, lors d’une conférence de presse le mardi 12 juin. C’est bien parti en tout cas, plus de 11 000 personnes se sont déjà prêtées au jeu au premier jour de la mise en ligne. Pourquoi pas vous ?

 

 

Parlons retraites !

Une enquête pour connaître la relation des français aux retraites. La retraite est un sujet qui concerne tout le monde mais auquel on ne pense que tardivement.Pour connaître les aspirations des Français sur les retraites, leurs espoirs et leurs angoisses, leurs idées et leurs envies, la CFDT a voulu leur donner directement la parole.

https://www.cfdt.fr

 

 


 

 Réforme des retraites : Les modalités des concertations dévoilées

 

Par petites touches, le gouvernement dévoile ses intentions sur le dossier hautement sensible des retraites. Après avoir annoncé une phase de concertation en 2018 en vue d’élaborer une loi à l’été 2019, le Haut-commissaire Jean-Paul Delevoye a indiqué, lors d’un colloque au Sénat le 19 avril dernier, comment il comptait mener à bien ces discussions avec les organisations syndicales et patronales.

 

Réforme des retraites : Les modalités des concertations dévoilées

Par petites touches, le gouvernement dévoile ses intentions sur le dossier hautement sensible des retraites. Après avoir annoncé une phase de concertation en 2018 en vue d'élaborer une loi à l'été 2019, le Haut-commissaire Jean-Paul Delevoye a indiqué, lors d'un colloque au Sénat le 19 avril dernier, comment il comptait mener à bien ces discussions avec les organisations syndicales et patronales.

https://www.cfdt.fr


Réforme des retraites : C’est parti pour les concertations

Une délégation CFDT conduite par Laurent Berger a été reçue le 16 avril par Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme des retraites, pour un premier tour de chauffe. La concertation s’engage.

 

Réforme des retraites : C'est parti pour les concertations

La réforme des retraites allait-elle devenir l'arlésienne du gouvernement ? Alors qu'un discours fondateur du président de la République était annoncé depuis plusieurs mois, ce rendez-vous censé lancer les affaires ne cessait d'être repoussé pour cause d'actualité brûlante. Ce contexte d'incertitude semble aujourd'hui appartenir au passé.

https://www.cfdt.fr

 




 

 

LOGO BLOG DOSSIER 2018

 

 

EN 2017

 

Retraites complémentaires : Le nouveau régime est sur les rails

Une petite heure aura suffi aux négociateurs vendredi 17 novembre pour mettre la touche finale à l’accord qui donne naissance au nouveau régime de retraite complémentaire Agirc-Arrco issu de la fusion du régime Arrco (l’ensemble des salariés) et du régime Agirc (cadres).

 

 

Retraites complémentaires : Le nouveau régime est sur les rails

Une petite heure aura suffi aux négociateurs vendredi 17 novembre pour mettre la touche finale à l'accord qui donne naissance au nouveau régime de retraite complémentaire Agirc-Arrco issu de la fusion du régime Arrco (l'ensemble des salariés) et du régime Agirc (cadres).

https://www.cfdt.fr

 

 


 

Retraites : les réformes se révèlent efficaces

 

Remis au Premier ministre le 11 juillet, l’avis du comité de suivi des retraites confirme les conclusions du Conseil d’orientation des retraites (Cor). Les réformes du régime général de 2010 et 2014 et les mesures prises par les partenaires sociaux en 2015 sur les retraites complémentaires ont permis de répondre au déséquilibre démographique du pays (papy-boom) mais aussi d’absorber le choc de 2008.

 

 

 

Retraites : les réformes se révèlent efficaces

Remis au Premier ministre le 11 juillet, l'avis du comité de suivi des retraites confirme les conclusions du Conseil d'orientation des retraites (Cor). Les réformes du régime général de 2010 et 2014 et les mesures prises par les partenaires sociaux en 2015 sur les retraites complémentaires ont permis de répondre au déséquilibre démographique du pays (papy-boom) mais aussi d'absorber le choc de 2008.

https://www.cfdt.fr


[Interview] “Cet accord pose les fondations d’un nouveau régime unifié dès 2019”

 

Après neuf mois de discussions houleuses, les partenaires sociaux ont trouvé un accord garantissant la pérennité financière des retraites complémentaires à long terme. Secrétaire national de la CFDT fraîchement élu président de l’Arrco, Jean-Louis Malys explique pourquoi la CFDT a décidé de prendre ses responsabilités tout en ayant conscience de l’effort que salariés du privé et retraités devront fournir.

 

 

 

[Interview] "Cet accord pose les fondations d'un nouveau régime unifié dès 2019"

Après neuf mois de discussions houleuses, les partenaires sociaux ont trouvé un accord garantissant la pérennité financière des retraites complémentaires à long terme. Secrétaire national de la CFDT fraîchement élu président de l'Arrco, Jean-Louis Malys explique pourquoi la CFDT a décidé de prendre ses responsabilités tout en ayant conscience de l'effort que salariés du privé et retraités devront fournir.

https://www.cfdt.fr

 


 

Les nouvelles projections démographiques du Conseil d’orientation des retraites

La réunion plénière du Conseil d’orientation des retraites (Cor) qui s’est tenue le 25 janvier dernier était consacrée aux dernières projections démographiques de l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques).

 

 

Actualisées tous les six ans, ces données sont essentielles afin d’anticiper les besoins de notre système de retraite sur le long terme et assurer son équilibre financier. Elles permettent d’estimer combien de personnes seront en âge de travailler par rapport au nombre de personnes à la retraite dans notre pays en 2020, 2030, voire jusqu’en 2070.

Premier enseignement apporté par l’étude de l’Insee, l’espérance de vie à la naissance devrait continuer de progresser et atteindre, en 2070, 90,1 ans pour les hommes et 93 ans pour les femmes. La France devrait compter 76,5 millions d’habitants au 1er janvier 2070, soit 10,7 millions d’habitants de plus qu’en 2013, date du dernier recensement. Toujours selon l’Insee, le nombre de personnes de plus de 65 ans va progresser fortement jusqu’en 2040 pour atteindre 25 % de la population française (contre 18 % en 2013) puis évoluera moins fortement avec la fin progressive de l’effet du baby-boom.

Par rapport aux précédentes projections démographiques réalisées en 2010, il n’y a pas de changement majeur. L’Insee maintient son estimation de taux de fécondité (1,95 enfant par femme), révise un peu à la baisse le solde migratoire pour tenir compte du nombre de départs, en progression, et estime que les gains d’espérance de vie à partir de 2040 seront légèrement plus importants que projetés en 2010.

L’enjeu de prévenir et reconnaître la pénibilité

« Ces données sont plutôt de bonnes nouvelles, même si l’augmentation de l’espérance de vie, plus importante que prévu, à partir de 2040 soulève forcément des questions sur l’équilibre financier du régime à long terme, explique le secrétaire national Frédéric Sève. Par ailleurs, les travaux de l’Insee montrent que l’augmentation de l’espérance de vie ne signifie pas pour tous les salariés une augmentation automatique de la durée de leur retraite en bonne santé. Il existe des inégalités à la fois entre les catégories sociales et entre les hommes et les femmes. Les conditions de travail durant la vie active restent, en la matière, un facteur déterminant, d’où l’importance pour la CFDT de travailler à la fois sur la prévention et la reconnaissance de la pénibilité au travail. »

jcitron@cfdt.fr

 




 

 

LOGO BLOG DOSSIER 2018

 

 

EN 2016

 

 

Retraites : le nombre de départs pour carrières longues en progression

Jamais autant de personnes n’auront bénéficié du dispositif de retraite anticipée pour carrière longue obtenu par la CFDT ! En 2016, plus de 170 000 salariés (sur environ 700 000 départs en retraite par an dans le cadre du régime général) auront pu partir à 60 ans au lieu de 62 ans parce qu’elles ont commencé à travailler tôt et ont déjà toutes leurs annuités. Et 157 000 de plus en 2017.

Ce nombre diminuerait progressivement les années suivantes, notamment en raison de la hausse de la durée de cotisation requise à partir de la génération 1958. « Ce dispositif, un des acquis majeurs de la CFDT, obtenu dans le cadre de la réforme des retraites de 2003 au nom de la justice sociale, a permis à plus d’un million de salariés de partir plus tôt en retraite depuis sa création, se félicite Virginie Aubin, secrétaire confédérale chargée du dossier retraite. Il est la reconnaissance que l’âge n’est pas le seul facteur déterminant et que la durée de cotisation est un élément majeur, ce que la CFDT a toujours porté. »

Des bénéficiaires potentiels pas suffisamment informés

Les réformes successives de 2010, 2012 et 2014 ont permis d’élargir le public de bénéficiaires : relèvement de l’âge de début d’activité, suppression de la majoration de la durée d’assurance à hauteur de huit trimestres, élargissement du champ des trimestres pouvant être pris en compte dans la période cotisée. Pourtant, le dispositif « carrières longues » reste insuffisamment connu de ses potentiels bénéficiaires, déplore Virginie Aubin : « Le relevé individuel de situation donne des informations sur l’âge légal mais ne contient rien sur l’éventuelle possibilité de bénéficier du dispositif carrières longues. »

aseigne@cfdt.fr

 

 

 

 

 




 

 

LOGO BLOG DOSSIER 2018

 

 

 

EN 2015

 

Un accord qui assure l'avenir de nos retraites complémentaires

 

 

 

 

 




 

LOGO BLOG DOSSIER 2018

 

 

EN 2014 - 2013

 

Les outils pour comprendre les réformes des retraites

Mise à jour du 17 décembre 2014 : Le tract sur "Apprentis : plus de droits pour votre retraite" vient compléter le quizz "testez vos connaissances sur les retraites" vient compléter le "Vrai-Faux" le tract "Réforme des retraites : la CFDT obtient des mesures de justice" et l'argumentaire "Retraites : un projet de réforme équilibré", qui expliquent les avancées obtenues par la CFDT lors de la concertation, mais également ses regrets concernant certaines mesures.

le contenu du projet de réforme

Revue de détails des principales mesures du projet de réforme des retraites présenté par le Premier ministre le 27 août. Elles concernent l’ensemble des salariés du public et du privé, y compris les salariés qui relèvent de régimes spéciaux (SNCF, EDF, GDF…).

 

« Ce projet n’est pas celui qu’aurait souhaité la CFDT, souligne Laurent Berger. Nous n’avons pas la grande réforme systémique que nous appelions de nos vœux, mais nous avons réussi à peser dans les arbitrages. Jusqu’à la dernière heure, nous avons joué le jeu de la concertation afin d’obtenir des mesures de justice. Au final, le projet comporte des efforts significatifs pour faire face au problème du financement des régimes à court et moyen termes, mais aussi des avancées importantes sur la pénibilité, les apprentis, les parcours professionnels précaires et les inégalités entre les hommes et les femmes en matière de retraite. »

 

 

Retraites : le contenu du projet de réforme

Revue de détails des principales mesures du projet de réforme des retraites présenté par le Premier ministre le 27 août. Elles concernent l'ensemble des salariés du public et du privé, y compris les salariés qui relèvent de régimes spéciaux (SNCF, EDF, GDF...).

https://www.cfdt.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Retraites : des avancées pour les temps partiels et les carrières longues

 

Deux décrets viennent de traduire en droits les mesures de justice obtenues par la CFDT au cours de la dernière réformedes retraites.

 

 

Deux décrets découlant de la réforme des retraites sont parus au Journal officiel du 20 mars. Le premier concerne les salariés à temps très partiel ou à faible revenu. Jusqu’alors, un salarié devait justifier de l’équivalent de 200 heures rémunérées au Smic pour valider un trimestre. À compter du 1er janvier 2014, ce seuil est abaissé à 150 heures. La mesure concerne les travailleurs précaires (en particulier les jeunes) et les femmes, principales victimes du temps partiel subi.

Assouplissement pour les carrières longues

Un second décret assouplit, à compter du 1er avril, les conditions de départ à 60 ans pour les « carrières longues » ayant commencé à travailler avant 20 ans. Désormais, des trimestres supplémentaires pourront être pris en compte : deux au titre de l’invalidité, deux supplémentaires au titre du chômage, ainsi que tous ceux attribués au titre du compte pénibilité.

 

Retraites : des avancées pour les temps partiels et les carrières longues

Deux décrets viennent de traduire en droits les mesures de justice obtenues par la CFDT au cours de la dernière réforme des retraites. Deux décrets découlant de la réforme des retraites sont parus au Journal officiel du 20 mars. Le premier concerne les salariés à temps très partiel ou à faible revenu.

https://www.cfdt.fr

 


 

Retraites : le contenu de la loi

 

Sans conteste, la réforme des retraites aura été l’un des sujets marquants de 2013. De l’installation de la commission Moreau, à la fin février, au vote définitif de la loi, le 18 décembre dernier, près d’un an aura été nécessaire au gouvernement pour faire aboutir ce dossier sensible. Tour d'horizon des principales mesures de la loi.

 

 

 

La CFDT, qui s’est énormément investie pendant toute cette période, n’a pas obtenu entière satisfaction mais estime qu’il s’agit, in fine, d’une réforme équilibrée qui comprend des dispositions visant à améliorer les finances du système et des mesures allant dans le sens d’une plus grande justice sociale.
La création du compte pénibilité est certainement l’avancée la plus emblématique de la loi, mais elle ne doit pas faire oublier d’autres avancées importantes en direction des apprentis, des travailleurs à temps partiel et des retraités modestes. En ce début d’année 2014, un retour sur les principales mesures de la loi s’impose.

 

 

Retraites : le contenu de la loi

Sans conteste, la réforme des retraites aura été l'un des sujets marquants de 2013. De l'installation de la commission Moreau, à la fin février, au vote définitif de la loi, le 18 décembre dernier, près d'un an aura été nécessaire au gouvernement pour faire aboutir ce dossier sensible.

https://www.cfdt.fr

 

 


 

 

Retraites : le projet dans la dernière ligne droite

Le projet de loi sur la réforme des retraites a franchi une étape décisive à l’Assemblée nationale.

Le 26 novembre, les députés ont voté le texte en deuxième lecture à une majorité légèrement supérieure que lors de la première. Les radicaux de gauche (qui s’étaient abstenus en première lecture) se sont prononcés favorablement?; le groupe écologiste a maintenu son abstention. Les députés UMP et ceux du Front de gauche ont voté contre, comme lors de la première lecture.

Le choix du vote bloqué

Signe du caractère explosif de cette réforme, le gouvernement a choisi la procédure du vote bloqué (un seul vote pour l’ensemble du texte) afin d’éviter tout risque de voir son équilibre financier remis en question par le rejet d’un ou de plusieurs amendements. Ces derniers jours, le débat s’était focalisé sur la revalorisation des petites pensions, poussant le gouvernement à décider de mesures visant à compenser pour les retraités modestes le report de la revalorisation annuelle des pensions.

Le Sénat qui a rejeté le texte en première lecture l’examinera de nouveau le 16 décembre. Sauf surprise, il devrait le rejeter encore, et le texte reviendra alors à l’Assemblée nationale (qui a toujours le dernier mot) pour adoption définitive le 18 décembre. S’il est adopté, il y a fort à parier que l’opposition saisira le Conseil constitutionnel sur tel ou tel point. Ce n’est qu’une fois la décision des juges rendue que l’exécutif pourra promulguer la loi. Si aucune date ne peut être avancée avec certitude, l’ensemble de la procédure législative devrait être bouclé avant la fin de l’année. Il faudra ensuite attendre les décrets d’application.

 

 


 

 

 

Retraites : début du débat au Parlement

 

Depuis le 7 octobre, le projet de loi sur les retraites est en débat à l’Assemblée nationale, et les discussions devraient se poursuivre jusqu’au 15 octobre. Les sénateurs prendront ensuite le relais.

 

 

 

Retraites : début du débat au Parlement

Depuis le 7 octobre, le projet de loi sur les retraites est en débat à l'Assemblée nationale, et les discussions devraient se poursuivre jusqu'au 15 octobre. Les sénateurs prendront ensuite le relais. La procédure d'urgence ayant été décidée par le gouvernement, il n'y aura qu'un seul débat par chambre.

https://www.cfdt.fr

 

 


 

“La création du compte individuel pénibilité est une avancée majeure”

 

Hervé Garnier, secrétaire national de la CFDT chargé du dossier conditions de travail se félicite de lacréation d’un compte individuel pénibilité, demandée par la CFDT lors de la concertation sur la réforme des retraites.

 

 

POUR DECOUVRIR L'INTEGRALITE DU DOSSIER VOIR LE LIEN CI-DESSOUS

"La création du compte individuel pénibilité est une avancée majeure"

Hervé Garnier, secrétaire national de la CFDT chargé du dossier conditions de travail se félicite de lacréation d'un compte individuel pénibilité, demandée par la CFDT lors de la concertation sur la réforme des retraites. Que représente la création du compte individuel pénibilité pour la CFDT??

https://www.cfdt.fr

 


 

 

Retraites : la CFDT pèsera lors des débats parlementaires pour obtenir des améliorations

 

Présenté en Conseil des ministres le 18 septembre, le projet de loi sur les retraites sera débattu à l’Assemblée nationale à partir du 7 octobre.# (Mise à jour du 25 sepembre avec le courrier de Laurent Berger aux parlementaires)

 

POUR DECOUVIR L'INTEGRALITE DU SOSSIER VOIR LE LIEN CI-DESSOUS

Retraites : la CFDT pèsera lors des débats parlementaires pour obtenir des améliorations

Présenté en Conseil des ministres le 18 septembre, le projet de loi sur les retraites sera débattu à l'Assemblée nationale à partir du 7 octobre.# (Mise à jour du 25 sepembre avec le courrier de Laurent Berger aux parlementaires) Si la CFDT juge le texte équilibré et s'est prononcée favorablement lors de son examen dans les caisses de retraites, elle espère toutefois obtenir lors des débats parlementaires de nouvelles avancées significatives.

https://www.cfdt.fr

 

 

 

 

 


 

 

Retraites : le contenu du projet de réforme

 

Revue de détails des principales mesures du projet de réforme des retraites présenté par le Premier ministre le 27 août. Elles concernent l’ensemble des salariés du public et du privé, y compris les salariés qui relèvent de régimes spéciaux (SNCF, EDF, GDF…).

 

 

Retraites : le contenu du projet de réforme

Revue de détails des principales mesures du projet de réforme des retraites présenté par le Premier ministre le 27 août. Elles concernent l'ensemble des salariés du public et du privé, y compris les salariés qui relèvent de régimes spéciaux (SNCF, EDF, GDF...).

https://www.cfdt.fr

 

 


 

 

Retraites : La CFDT a obtenu des mesures de justice

 

Le gouvernement a annoncé, le 27 août, les principales mesures de la réforme des retraites, après une concertation dense dans laquelle la CFDT a pris toute sa place. La CFDT, qui demandait une réforme qui corrige les inégalités, pérennise le système de retraite par répartition et redonne confiance à toutes les générations, « prend acte des efforts partagés et mesurés qui sont demandés et restera vigilante sur la concrétisation des mesures de justice annoncées ».

 

 

 

POUR DECOUVIR L'INTEGRALITE DU SOSSIER VOIR LE LIEN CI-DESSOUS

 

Retraites : La CFDT a obtenu des mesures de justice

Le gouvernement a annoncé, le 27 août, les principales mesures de la réforme des retraites, après une concertation dense dans laquelle la CFDT a pris toute sa place.

https://www.cfdt.fr

 


 

 

“L’âge légal de départ à la retraite ne serait pas modifié”

 

 

"L'âge légal de départ à la retraite ne serait pas modifié"

Le Premier ministre a reçu les partenaires sociaux dans le cadre de la concertation sur la réforme des retraites ce lundi 26 août. Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, analyse les annonces gouvernementales.

https://www.cfdt.fr

"L’âge légal de départ à la retraite ne serait pas modifié"

player" width="480" height="270" allowfullscreen="true">

 

 


 

 

Retraites : premiers arbitrages le 26 août

 

 

Retraites : premiers arbitrages le 26 août

La première phase de concertation avec les partenaires sociaux sur les retraites s'achève. Rendez-vous est pris les 26 et 27 août pour connaître les premiers arbitrages du gouvernement. Les vacances seront de courte durée du côté du ministère des Affaires sociales. Après une première phase de concertation avec les partenaires sociaux, l'heure est aujourd'hui aux différents arbitrages.

https://www.cfdt.fr

 

 


 

 

Réforme des retraites, le gouvernement encore (très) attentiste

 

« Il faut que le gouvernement avance ses propositions. » À la sortie de la première séance de concertation sur les retraites, le jeudi 4 juillet, les partenaires sociaux, dont la CFDT, ont le sentiment d’avoir pu faire valoir leurs arguments. En revanche, ils n’ont pas beaucoup appris sur les intentions du gouvernement.

 

 

 

« Le Premier ministre nous a assuré que les questions de pénibilité et d’égalité entre les hommes et les femmes seront abordées dans la loi, dit le secrétaire national Jean-Louis Malys. Mais nous ne sommes pas allés plus loin dans la discussion. » Manifestement, le gouvernement a souhaité entendre une nouvelle fois les positions de l’ensemble des partenaires sociaux avant de passer à la phase pratique.

Les détails de la réforme envisagée par Matignon ne devraient être dévoilés que très progressivement. Dans un premier temps, le dossier sera traité au sein de chaque ministère concerné par la réforme (Affaires sociales, Travail, Fonction publique, Agriculture, Droits des femmes, etc.). Les partenaires sociaux devraient, selon le gouvernement, être associés à ce premier travail.

Obtenir encore des avancées pour les salariés

Dans un second temps, courant août ou début septembre, Matignon recevra de nouveau tous les partenaires sociaux. Mais, cette fois-ci, avec un projet écrit. « La CFDT essaiera de peser sur l’ensemble des dossiers à traiter, explique Jean-Louis Malys. Nous sommes extrêmement mobilisés car nous avons le sentiment que, pendant cette période de concertation, il sera possible d’obtenir des avancées pour les salariés. »

 

Retraites : "Nous attendons que le gouvernement précise ses intentions"

 

 

 


 

Argumentaire - La réforme des retraites

 

 

 

 


 

Réforme des retraites, les consultations commencent le 4 juillet

 

Réforme des retraites, les consultations commencent le 4 juillet

L'agenda s'accélère sur le dossier des retraites. Après la remise du rapport Moreau le 14?juin, la Conférence sociale des 20 et 21?juin, les premières rencontres bilatérales entre le gouvernement et les partenaires sociaux sont programmées pour les 4 et 5?juillet.

https://www.cfdt.fr

 

 

 


 

 

Le rapport Moreau lance la concertation sur la réforme des retraites

 

 

Le rapport Moreau lance la concertation sur la réforme des retraites

" La concertation commence dès à présent." À la remise du rapport de la commission pour l'avenir des retraites (présidée par Yannick Moreau) le 14 juin, le Premier ministre a lancé officiellement la concertation relative à la prochaine réforme des retraites.

https://www.cfdt.fr